Cultiver dans la fibre de coco

Cultiver dans la fibre de coco

La fibre de coco, ou coir, est la fibre extérieure du tégument de la noix de coco (ou le mésocarpe) qui est composée principalement de fibres grossières, mais aussi d’un matériau fin connu sous le nom de "poussière de coco" ou "tourbe de coco". Les noix de coco cultivées sont d’abord trempées dans l’eau, il s’agit d’un processus nommé "rouissage" qui facilite le détachement des fibres. Normalement, on retire les longues fibres grossières pour les utiliser à d’autres fins tandis que la moelle de coir est traitée et décomposée davantage, afin de la rendre mieux adaptée comme support de croissance pour les plantes. La poussière de coco est composée de courtes fibres et de petites particules d’un matériau s’apparentant à du liège, allant de la taille de granules jusqu’à celle d’une fine poussière.

Par Dr Lynette Morgan, Suntec

articles-growingoncoco_text_1
Figure 1: La fibre de coco en vrac peut être utilisée
to pour remplir des sacs de croissance de plusieurs
grandeurs afin de s’adapter aux plantes cultivées.

À l’origine, on utilisait la fibre de coco pour remplacer la tourbe dans la production en serre. La fibre de coco est moins hydrophobe que la tourbe sèche et son pH n’est pas aussi bas. Toutefois, lors des premières expérimentations de culture avec des substrats de coco, l’inconstance du produit a provoqué une série de problèmes. Des noix de coco provenant de divers endroits avaient été trempées dans des eaux saumâtres contaminées par des concentrations très élevées de sodium et des niveaux imprévisibles de potassium naturellement présent.

Souvent, les amas de poussière de coir n’ayant pas été suffisamment décomposés, la fibre de coco présentait un indice de rétention de l’azote élevé. En d’autres termes, en culture hors sol, même avec des nutriments bien équilibrés, des carences en azote en début de croissance survenaient couramment.

Les substrats de coco avaient aussi une capacité d’échange cationique élevée et un haut pouvoir de rétention du calcium, du phosphate et du fer, il fallait donc utiliser la fibre de coco suffisamment longtemps pour qu’elle soit entièrement "conditionnée", après quoi ces éléments devenaient finalement disponibles pour la plante. Par conséquent, les jardiniers qui cultivaient dans la fibre de coco faisaient face à des problèmes en début de culture sans trop comprendre pourquoi. Peu d’horticulteurs saisissaient l’influence du support de coco sur la composition de la solution nutritive dans la zone racinaire ce qui faisait presque oublier que la fibre de coco offrait en fait une structure physique quasi idéale pour la culture des plantes.

articles-growingoncoco_text_2
Figure 2: Des blocs de propagation de coco utilisés pour cultiver des plants de concombre.

De nos jours, la fibre de coco de qualité supérieure pour l’horticulture est reconnue comme étant un support de croissance hors sol supérieur pour la production à petite et grande échelle. La plupart des problèmes initiaux ont été réglés en corrigeant les traitements du produit brut, les ajustements ou les traitements administrés avant d’empaqueter le produit. Les substrats de coco de haute qualité vendus sur le marché pour la culture hors sol sont souvent traités précisément à cette fin dès le moment de la cueillette de la noix de coco, jusqu’au traitement préalable, en passant par le conditionnement et le tamponnage.

Donc, les problèmes liés à l’indice de rétention de l’azote ont été pratiquement éliminés, la contamination au sodium due au rouissage dans l’eau salée ne se produit plus, les niveaux de potassium naturel ont été réglés et des traitements à base de calcium et d’autres ions sont administrés avant d’empaqueter le produit. Les fournisseurs de coco de qualité supérieure font aussi des essais réguliers sur leur produit afin de vérifier toute irrégularité dans l’approvisionnement et ainsi apporter les correctifs s’il y a lieu.

Toutefois, bien qu’il existe d’excellentes marques de coco sur le marché, on trouve également des produits de basse qualité vendus comme support de croissance. Les horticulteurs doivent être en mesure de choisir et d’utiliser uniquement les marques réputées, de préférence des marques qui offrent également une formule de nutriments coco conçue spécialement pour fonctionner avec les propriétés précises d’échange cationique du produit.

De nos jours, la fibre de coco de bonne qualité est un substrat de croissance supérieur éprouvé pour bon nombre de cultures différentes, qui plus est, il s’agit d’un produit obtenu à partir d’une ressource renouvelable et écologique.

articles-growingoncoco_text_3
Figure 3: Les supports de coco ne se compactent pas avec le temps, ils gardent donc leur structure même avec des cultures de longue haleine.

Différents types de produits de coco - utilités, avantages et désavantages

Il existe plusieurs types de produits de coco sur le marché. La coque de la noix de coco produit de longues fibres très grossières utilisées pour la fabrication de divers produits tels que des cordes, des tapis, des matelas, des couvre-paniers et autres, mais au travers de ces fibres grossières se trouve une substance que l’on nomme poussière de coir ou tourbe de coir ou de coco. L’on trouve plusieurs qualités de fibre de coco d’horticulture et certaines sont conçues précisément pour certains types de systèmes et de plantes. Les très fines particules de poussière de coir ont une grande capacité de rétention de l’humidité, ce qui les rend adéquates à la culture de semences, de petites plantes ou de semis. Bien que le grand pouvoir de rétention hydrique de la poussière de coco fine s’avère un avantage dans certaines situations, cet attribut peut aussi provoquer des problèmes de saturation excessive dans la zone racinaire. On utilise généralement de grosses particules ou des "flocons" de coco pour fabriquer les pains, ceci permet d’obtenir un bon drainage et empêche le sol de se compacter, un effet qui se produit à long terme avec d’autres types de substrats comme la tourbe.

articles-growingoncoco_text_5
Figure 4: La fibre de coco est offerte dans diverses formes allant d’une fibre très grossière pour les orchidées, comme ici, à une fine poussière de coco.

Le terme fibre de coco est aussi utilisé pour désigner la fibre tout usage qui est idéale pour la culture à long terme hors sol. On utilise la fibre de coco de partout dans le monde pour la culture hors sol de tomates, de poivrons, de concombres, de melons, d’aubergines, de plantes ornementales, de fleurs coupées et bien plus encore, car la structure de la fibre de coco ne se brisera pas durant ces longues périodes de croissance. Elle offre une très bonne aération de la zone racinaire et un grand pouvoir de rétention d’eau pour les cultures hors sol à court et à long terme ce qui produit des récoltes abondantes et des racines en bonne santé.

articles-growingoncoco_text_6
Figure 5: Jeune plantation de concombres cultivés
dans une fibre de coco de qualité supérieure.

La fibre de coco est vendue dans une grande variété de formats – en petites ou grosses briques compressées, en pains de croissance ou en sac prêt à l’emploi. Avec les briques de fibre de coco compressée, on parvient à maintenir les frais de manutention au minimum. Un bloc de 5 kg de coco compressée réhydratée dans l’eau génère 65 litres de substrat prêt à être utilisé. Les pains préemballés de coco compressée peuvent mesurer moins d’un pouce d’épaisseur, mais une fois l’eau ajoutée dans l’emballage de plastique, les pains prennent de l’expansion et atteignent leur taille véritable, taille comparable à celle d’un pain de laine de roche. Une fois hydratées, les briques de coco peuvent être utilisées pour remplir toutes les grandeurs et tous les formats de jardins, de pots ou de sacs. En revanche, on doit consacrer du temps à la préparation du support et prévoir de la main-d’oeuvre pour le remplissage.

On peut facilement vérifier le taux d’humidité de la fibre de coco en vrac placée dans des pots ou des contenants de croissance en évaluant l’apparence du dessus du substrat ou en vérifiant l’humidité en touchant la fibre sous la surface. Toutefois, cette méthode s’exerce moins facilement avec des pains de coco emballés. Les pains de coco n’ont qu’à être placés dans la bonne position pour ensuite faire des incisions dans l’enveloppe de plastique et y verser de l’eau. La fibre de coco prend alors de l’expansion et est prête à accueillir les plantes sans aucun effort supplémentaire. Cependant, les pains doivent être placés sur une surface bien à niveau afin de permettre un drainage égal et ils n’offrent pas autant de profondeur que les sacs ou les pots pour la culture de plus grosses plantes.

Trucs et astuces pour l'utilisation de la fibre de coco

  1. Il vaut mieux toujours investir dans une marque de coco reconnue et de bonne qualité qui est conçue pour la culture hors sol et ne pas se laisser berner par tous les produits de qualité inférieure offerts sur le marché. Les différentes sources de fibre de coco peuvent avoir l’air semblables, pourtant, il y a de grands écarts de qualité qui nuiront à la croissance des plantes. Souvent, les magasins de jardinage et les quincailleries vendent des briques de coco compressé abordables faites de paillis qui ne conviennent généralement pas à la culture hors sol. Ces types de coco ont habituellement une forte concentration de sodium (élément non souhaitable), un contenu élevé de sels et, en plus de ne pas avoir été entièrement décomposés, ils présentent un indice de rétention de l’azote élevé pouvant provoquer une carence en azote, et ce, même si on applique la pleine concentration de solution nutritive. Les produits de coco de qualité inférieure ne sont ni tamponnés, ni conditionnés, ni traités afin de stabiliser le taux de potassium et d’augmenter le calcium, une étape pourtant obligée car la fibre de coco a tendance à retenir le calcium. Ces produits peuvent également contenir des graines de mauvaises herbes et des agents pathogènes. L’achat d’un produit de coco de marque réputée pour la culture hors sol s’avère un investissement nécessaire pour la nutrition et la santé des plantes en plus de simplifier le processus visant à générer une récolte abondante.
  2. Il faut choisir les bons nutriments pour les substrats de coco (c’est-à-dire, des nutriments conçus précisément pour la fibre de coco). Les supports de culture de coco ne sont pas comme les autres substrats hors sol tels que la laine de roche qui est préstérilisée, chimiquement inerte avec une CEC faible, bref, un substrat qui a très peu d’effets sur la composition des nutriments. La fibre de coco contient du potassium naturel, un avantage puisque le potassium est un des nutriments majeurs de la plante; toutefois, celui-ci doit être pris en considération dans le programme de nutrition des plantes. La fibre de coco a aussi d’autres effets sur la composition de la solution nutritive administrée, donc les niveaux de nitrate, de phosphate, de calcium, de magnésium et de fer devront possiblement être ajustés pour qu’ils puissent remplir leur rôle. Il existe des marques commerciales de formules nutritives sur le marché précisément pour la fibre coco, mais il est préférable de choisir la même marque de substrat et de nutriment puisqu’ils auront probablement été conçus en vue d’être utilisés ensemble pour produire les meilleurs résultats. Les produits de coco de qualité supérieure auront probablement été traités et les nutriments qui les accompagnent seront formulés en conséquence afin que la concentration d’éléments dans la zone racinaire demeure la plus optimale possible.
  3. Il faut choisir le bon produit de coco pour la plante à cultiver. Il existe une large gamme de produits de coco sur le marché et de nombreux grades différents pour divers usages en horticulture. Par exemple, les orchidées préfèrent des copeaux de coco très grossiers, tandis que pour la propagation et la germination des petites semences, il est préférable d’opter pour un grade beaucoup plus fin afin de retenir suffisamment d’humidité et d’oxygène. La fibre de coco tout usage, composée de plusieurs tailles de particules, est considérée comme étant idéale pour plusieurs types de plantes. Il s’agit du grade le plus utilisé en production hors sol. Les plus grosses particules aident le substrat de coco à demeurer bien aéré alors que les fines particules retiennent l’humidité entre chaque irrigation. La combinaison des deux donne au coco une structure physique presque parfaite pour la croissance des plantes.
  4. Il ne faut pas oublier que la fibre de coco est un substrat vivant et qu’elle doit être traitée comme un écosystème complet renfermant des microbes bénéfiques logés dans les particules de coco. Cette vie microbienne bénéfique joue un rôle important dans les systèmes hors sol puisque plusieurs champignons protègent le système racinaire de la plante. Ces champignons réussissent à éliminer les agents pathogènes en plus d’aider potentiellement l’assimilation de nutriments et la croissance de la plante. D’autres substrats de croissance sont stériles à la base, cependant il vaut mieux laisser la fibre de coco dans son état d’origine ou même inoculée avec des populations de microbes bénéfiques. Puisque l’on doit favoriser la présence de telles populations de microbes bénéfiques dans la fibre de coco, on ne devrait jamais y ajouter de forts produits chimiques stérilisants comme les produits javellisants au chlore, le peroxyde d’hydrogène et même de l’eau bouillante.
  5. La fibre de coco parvient généralement à maintenir son pH à un niveau optimal, cependant, la CE peut augmenter avec le temps et devra être vérifiée de temps à autre, surtout lorsque la température est élevée et que la plante risque d’avoir absorbé une grande quantité d’eau dans le substrat, ce qui a pour effet d’augmenter la concentration de nutriments. La nature du support de croissance de coco fait en sorte que la CE autour des racines peut être différente de celle du lixiviat ou de la solution drainée hors des pains, des pots ou des sacs de croissance. Un test de CE par extraction d’un échantillon, une méthode facile et rapide, peut être mené afin de déterminer la CE réelle dans la zone racinaire.

    Pour mener un test par extraction, on doit prélever un petit échantillon de coco dans le support (il est préférable d’en prélever quelques-uns et de les combiner pour obtenir un résultat représentatif). Ensuite, on doit mesurer 100 ml des échantillons combinés (la fibre de coco doit être humide, sans être sursaturée). L’échantillon de 100 ml de coco est ensuite déposé dans un pot auquel on ajoute 150 ml d’eau désionisée (ou eau d’osmose) pour ensuite brasser le tout 50 fois. On laisse ensuite le mélange reposer toute la nuit pour permettre l’extraction des ions de nutriments dans l’eau. Le mélange obtenu doit alors être brassé à nouveau et filtré pour éliminer les particules, après quoi on est en mesure de calculer le pH et la CE.

    Pour la plupart des cultures, le niveau de pH idéal de l’échantillon se situe entre 5,5 et 6,2. La CE dépendra du stade de développement de la plante, de l’environnement de croissance et du type de plantes. Toutefois, la CE idéale se situe généralement entre 1,0 et 2,5 (les tomates peuvent être cultivées avec des valeurs de CE beaucoup plus élevées, surtout dans des cultures commerciales). Les horticulteurs à plus grande échelle et les producteurs commerciaux acheminent souvent leurs échantillons de coco à un laboratoire pour une analyse complète des nutriments, ce qui déterminera les taux et les concentrations de chaque élément présent dans la solution nutritive pour pouvoir ensuite faire tous les petits ajustements requis.
  6. Bien que la fibre de coco soit un excellent substrat de croissance, elle nécessite quand même une certaine surveillance et, tout comme les autres substrats, il est possible de trop arroser et de saturer la zone racinaire. La fibre de coco peut sembler légèrement asséchée en surface, mais être bien humide autour des racines. Donc, il est recommandé de vérifier l’humidité à quelques pouces sous la surface. En pressant la fibre de coco entre les doigts, on doit sentir qu’elle est humide, mais la surface ne doit pas avoir l’air mouillée. La fibre de coco détrempée peut aussi attirer des mouches du terreau en plus de réduire le taux d’oxygénation dans la zone racinaire.
  7. La fibre de coco est un substrat écologique et une ressource entièrement renouvelable et réutilisable. De plus, lorsque la durée de vie du support est écoulée, la fibre peut quand même servir de paillis ou de conditionneur de sol pour les plantes extérieures. On peut également l’ajouter à de la vermiculture (ferme de vers de terre) ou à des systèmes de compostage.

articles-growingoncoco_text_7
Figure 6: La fibre de coco plus fine peut être utilisée pour faire germer des graines ou élever des semis.

Références

Noguera P, Abad M, Puchadea R, Noguera V, Maquiera A and Martinex J, 1907. Physical and chemical properties of coir waste and their relation to plant growth. Acta Hort. 450: 365-373.

Prasad M, 1997. Physical and chemical properties of coir dust. Acta Hort 450: 21-29.

Noter cet article: 
Aucun vote pour l'instant