Pests & Diseases: Aphids

Pucerons - Ravageurs & Maladies

De moins de 4 mm de longueur, ils sont dotés d’un abdomen bulbeux et peuvent revêtir plusieurs couleurs différentes. Ils comptent parmi les ravageurs les plus destructeurs pour les plantes cultivées dans les régions tempérées. Les pucerons ailés sont particulièrement dangereux pour les cultures, car ils détruisent les plantes beaucoup plus rapidement que les pucerons réguliers.

À propos du ravageur

Description des pucerons
Souvent, lorsque l’on parle de pucerons, ou d’aphidiens, on fait référence à une grande famille d’insectes regroupant plus de 4 000 espèces de parasites qui s’attaquent à certaines plantes en particulier.
Dépistage
Les pucerons peuvent causer un taux de croissance réduit, des feuilles marbrées, un jaunissement, une croissance ralentie, des feuilles recroquevillées, le brunissement, le flétrissement, les récoltes chétives et la mort des plantes.
Mode de contrôle
Plusieurs techniques de culture peuvent prévenir ou minimiser les attaques de pucerons.

Cycle biologique des pucerons

Les pucerons peuvent être ailés ou aptères (sans ailes). Habituellement, la première génération qui émerge des oeufs d’hiver est aptère, mais après quelques générations, le manque d’espace sur la plante hôte peut déclencher la naissance d’une génération de pucerons ailés qui pourront émigrer vers d’autres hôtes. Tous les pucerons naissants d’un oeuf d’hiver sont femelles. Plusieurs autres générations de pucerons femelles naissent au cours du printemps et de l’été. Une femelle peut vivre pendant 25 jours, période durant laquelle elle réussit à générer jusqu’à 80 nouveaux pucerons. La reproduction printanière et estivale est asexuée, donc sans individu mâle.

Pucerons

Symptômes du ravageur

L’extraction de la sève élaborée affaiblit la plante et provoque un déséquilibre métabolique qui fait courber les feuilles et, dans les cas extrêmes, entraîne la perte de feuilles. La défoliation influence la quantité et la qualité de la récolte finale. Les pucerons introduisent aussi des toxines dans la plante, modifiant systématiquement son développement.

Le miellat sécrété par les pucerons représente le support de culture par excellence pour plusieurs types de champignons qui formeront une barrière sur la feuille, l’empêchant d’absorber la lumière qui la touche.

Toutefois, la conséquence la plus nocive pour les plantes demeure la transmission de virus. Les pucerons, particulièrement les générations ailées, peuvent transmettre des douzaines de virus d’une plante malade à une plante en santé en seulement quelques secondes. Les virus sont particulièrement problématiques puisqu’il n’existe aucun remède. Donc, l’infection d’une plante intolérante ou non résistante à un virus entraîne inévitablement un déclin de la production finale.

Mode de prévention du ravageur

Il existe plusieurs techniques de culture pour prévenir ou minimiser les attaques de pucerons, notamment :

  • Éliminer les mauvaises herbes qui servent de réservoir d’oeufs et d’adultes
  • Utiliser des filets à insectes (parfois imprégnés d’insecticide) pour couvrir les plantes
  • Éviter l’application excessive d’engrais azotés
  • Enlever les résidus végétaux
  • Introduire des espèces de plante pouvant servir de réservoir pour les prédateurs (plantes banques)

Pucerons

Solutions de contrôle du ravageur

Les prédateurs de pucerons incluent les coccinelles et les chrysopes. Les larves de chrysope (Chrysoperla sp.) sont de voraces prédateurs de pucerons.

Noter cet article: 
Average: 5 (1 vote)